© 2017 Ensemble vocal et instrumental du Dauphiné

    Renseignements : 04 74 84 05 31

    23 chemin de la roche, 38150 ANJOU

    Concerts

    Saison 2016

    Le De Profondis de Michel-Richard Delalande
    L'oeuvre
    La distribution

    Recueillement et méditation dominent cette oeuvre écrite très probablement pour les funérailles d'un des petits-fils héritiers de Louis XIV : le duc de Bourgogne décédé en 1712.

    La variété des formes et des couleurs font de ce chef d'oeuvre une réussite artistique à part entière. 

    Parmi les nombreuses messes des morts écrites au cours de la période des Lumières, il faudra attendre le Requiem de Mozart, soit près d'un siècle, pour retrouver un contenu offrant une émotion aussi vive. Si les quatre solistes intervienent seuls, ou ensemble, dans des morceaux parfois remarquables, c'est le choeur qui emporte avec lui les passages les plus méditatifs. 

    Nombreux sont les passages qui insèrent des phrases courtes à deux ou trois voix, manière sans doute de relancer l'inérêt du discours. Nous proposerons ces phrases à des solistes issus du choeur, garantissant ainsi l'homogénéité sonore de chacun des numéros et de l'oeuvre dans son ensemble. 

     

    orchestre :

    4 violons I, 3 violons II, 2 violoncelles, 1 contrebasse, 1 hautbois, 1 basson, orgue

     

    Solistes

    Violon : Martine Lecointre

    Soprano : Sophie Avril-Leydier

    Ténor : Richard Soigon

    Basse : Florent Karrer

     

    Ci-contre :

    Enregistrement mixé des cinq lieux où a été donné le "De Profondis" lors de la saison 2016

    La Paukenmesse de Joseph Haydn

    Appelée parfois Missa in Tempore Belli (Messe en temps de guerre) l'oeuvre a été composée en 1796, soit 5 ans après la mort de Mozart, et donc plus d'un siècle après le De Profondis de Delalande. 

    Le 4 voix est la règle partout. Pour le choeur, comme pour les solistes, qui interviennt presque toujours en quatuor. C'est aussi le cas pour les instruments, 2 hautbois et deux trompettes, le basson doublant généralement la partie basse. 

    La sévérité du grand siècle n'est plus là. Le Kyrie commence par un mouvement assez dansant qui n' a rien d'une imploration pénitentielle. 

    Le style enfin est avant-gardiste. Le dyptique "Crucifixus-Et resurrexit" est résolument tourné vers l'avenir et ne déparerait pas a côtés de celui de la Missa Gloria de Pucini. 

    Le titre peut surprendre : " Messe des timbales !" L'ambiance générale est à la joie dans une tonalité souvent en do majeur. 

    L'Offertoire, placé au centre de l'oeuvre, est particulièrement enjoué. Le choeur, puissant, massif, mais aussi largement expressif, est porté par un orchestre rempli d'une fougue irrésistible. 

     

    orchestre :

    4 violons I, 3 violons II, 2 altos, 2 violoncelles, 1 contrebasse, 2 hautbois, 1 basson, 2 trompettes, timbales, orgue

     

    Solistes

    Soprano : Sophie Avril-Leydier

    Contralto : Myriam Djemour

    Ténor : Richard Soigon

    Basse : Florent Karrer

     

    Eglise de Lens- Lestang ( Drôme), le 20 mars 2016

    Extrait choisi : 

    L'offertoire.